logo season

Repenser le bien-être des étudiants

étudiants-amphi-joyeux
Partager cet article

Les établissements d’Enseignement Supérieur sont confrontés chaque jour à de nombreux défis. Recrutement, transformation numérique, transition écologique, engagement des étudiants…

Le bien-être des étudiants serait-il le grand oublié de l’équation ?

Un étudiant sur deux ne supporte pas la pression universitaire

Ce chiffre est issu du Rapport A Student Futures Manifesto rédigé par l’UPP Foundation. En effet, cette étude révèle que moins de 50% des étudiants sondés se sentent prêts à affronter les pressions liées à leur scolarité. Autre fait marquant, 73 % des étudiants ont déclaré que la pandémie avait eu un impact plutôt négatif – ou très négatif – sur leur santé mentale. Comme un symbole, c’est autant de sondés du corps enseignant (73%), qui considèrent le bien-être des étudiants comme le plus grand défi auquel il est confronté.

Si l’on prend un peu de recul, on constate que la conjoncture a été – et, est toujours – loin d’être évidente pour de nombreux étudiants : pandémie, difficultés financières, isolement, anxiété, etc. Tous ces facteurs ont poussé les établissements à se questionner sur la notion de bien-être des étudiants. Ok mais, c’est quoi le bien-être des étudiants ?

Aspects sociaux, physiques et économiques d’une personne.

Comment définir le bien-être dans l’enseignement supérieur ? Dans le Rapport Rethinking Wellbeing in Higher Education rédigé par Salesforce, on apprend que plusieurs organisations dont NIRSA, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont tenté de définir ce concept. Tous ces acteurs s’accordent sur “un concept holistique qui intègre les aspects sociaux, physiques et économiques d’une personne.” Huit grandes catégories décomposent la notion de bien-être des étudiants : Émotionnelle, Physique, Social, Spirituel, Financier, Professionnel, Intellectuel et Environnemental. Ces catégories doivent surtout servir de boussole aux écoles afin qu’elles prennent des décisions stratégiques favorisant l’épanouissement des étudiants au sein de leur établissement.

Le bien-être des étudiants dans l’enseignement supérieur : un deal gagnant-gagnant

Chaque école vise le succès de ses élèves et de nombreux établissements font le choix de créer des conditions favorisant ce succès. En étant au plus près des considérations des élèves, les chances d’apporter des réponses concrètes et évolutives aux étudiants seront plus grandes. C’est tout l’enjeu de créer un deal gagnant-gagnant entre l’école et l’apprenant. En effet, l’école a tout intérêt à ce que l’étudiant se sente épanoui chez elle car, post-études, l’étudiant deviendra un ambassadeur naturel de son ancienne école, fera rayonner son image et contribuera à accroître la notoriété de l’établissement. De même que, un étudiant épanoui dans un établissement n’attendra pas la fin de ses études pour le partager autour de lui. L’apprenant est une force vive sur laquelle l’école peut s’appuyer. Alors que le sujet de l’engagement des étudiants prend de plus en plus de place, il est évident qu’un apprenant ressentant du bien-être sur son lieu d’apprentissage aura tendance à s’engager davantage envers son école.

Nos autres articles